Une activité née en 1911 et poursuivie depuis

Au début du XX° siècle, en effet, les concessions acquises dans les cimetières intra-muros parisiens étaient perpétuelles, mais, pour les conserver, trois conditions étaient nécessaires :

• que des héritiers justifiant de leur filiation par rapport à l’acquéreur se fassent connaître de l’Administration des Concessions au moins tous les 50 ans,

• que l’inhumation d’un corps ait eu lieu dans cette concession depuis moins de 30 ans,

• que l’entretien suivi de la sépulture ou de la chapelle ne permettent pas d’en constater l’abandon.

L’une de ces conditions était suspensive à la reprise de la concession par la municipalité. **

Or, de nombreuses familles fortunées de la fin du siècle précédent avaient consacré des sommes importantes à l’édification de monuments et chapelles. Sans descendance et sans famille présente pour en assurer les conditions de conservation requises, les derniers héritiers s’adressaient aux marbriers pour trouver une solution à leur problème.

Ne pouvant assurer individuellement l’organisation financière et pratique nécessaires à ce service, en 1911, quelques marbriers du cimetière du Père Lachaise à Paris se réunirent au sein de leur chambre syndicale, et y créèrent une commission « Entretien de sépultures ». Cette commission proposait, pour préserver les concessions perpétuelles, des contrats d’entretien de sépulture à leurs clients. Aujourd’hui, les mentalités et les habitudes ont évolué et l’esprit de perpétuité, même pour les concessions, a changé. Elles sont le plus souvent à durée déterminée. Cette commission « Entretien de sépultures » a évolué aussi, elle est devenue en 1985 une association, l’A.E.M.S., créé par les descendants de ces marbriers innovateurs de 1911 du Père Lachaise.

L’A.E.M.S. est une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901, regroupant des professionnels funéraires. Et l’A.E.M.S. continue l’œuvre initiée en 1911 en sachant s’adapter aux évolutions du monde actuel.

Des clients comme la Fondation de France, Fondation pour la Rechercher sur le Cancer, et d’autres associations ou fondations, ainsi que de nombreux particuliers font confiance à l’A.E.M.S. pour la supervision de l’entretien des sépultures. Aujourd’hui, l’activité de l’A.E.M.S. s’est étendue à toute la France, et des contrats de 10 à 30 ans, ou en fonction de la durée de fin de la concession, vous sont proposés.

 

**Aujourd’hui, le simple constat d’abandon par l’Administration entraîne la procédure de reprise de la concession

 

 

Back to Top